A 7h15, le car démarrait de Solaize avec 35 passagers à bord, 20 adhérents et 15 invités. Notre chauffeur Olivier, de la compagnie des Cars La Vallée, nous a conduit et guidé tout au long de cette journée avec humour et prévenance. Après une halte décompression sur l'aire de Montélimar, nous sommes passés par Bourg Saint Andéol, Saint Remèze pour arriver vers 10h au site de la caverne du Pont d'Arc (un peu en avance, en effet depuis le 6/11, l'horaire d'ouverture est passé de 9H30 à 10h30 !). La température était un peu fraiche(8°), et la bise soufflait nous dirons légèrement, le ressentit était donc sensiblement plus bas, mais un beau soleil brillait et tempérait cette impression. Nous avons dû nous séparer en 2 groupes pour la visite, nos guides ont été très interessantes. En cette période les visites sont espacées d'une demi-heure, ce qui permet de rester un peu plus longtemps devant chaque tableau. Cette caverne reconstituée est très impressionnate, par sa taille de 3500m2 ( l'originale est de 8200m2), la hauteur des plafonds, et la reconstitution étonnante des stalactites, stalacmites et draperies. Tout parait plus vrai que vrai, dès qu'on pénêtre dans cet environnement, parsemé de crânes d'ours, d'ossements d'animaux divers, de bauges d'ours on ne peut s'empècher de penser à nos ancêtres qui ont vécu ici entre 32 et 38000 ans avant nous. Ensuite on découvre les premiers dessins de points-paumes à l'ocre rouge, puis les mains positives, les mains négatives et enfin le bestiaire. Ce sont soit des gravures faites avec le doigt dans l'argile qui recouvre les roches, soit des dessins à l'ocre rouge ou au charbon de bois noir sur des surfaces de rochers blancs qui ont été débarassés de leur argile. Les dessins sont relativement espacés dans cet immense espace, ils sont à hauteur d'homme, aucun échafaudage n'a été retrouvé. Nos ancêtres de cette époque devaient être grands et longilignes selon les études faites, avec des statures semblables aux MaasaÏ, c'est l'image prise par notre guide. Les représentations animales sont spectaculaires par la precision du dessin et l'impression de mouvement qu'elles dégagent. On reconnait des ours des cavernes, des cerfs mégacéros, des rennes, des bisons, des mammouths, des rhinocéros, des bouquetins, de grands lions sans crinières, de nombreux chevaux de Prjewalski et même un hibou.Vous pourrez revoir tout cela sur le site de la grotte : http://www.cavernedupontdarc.fr/decouvrez-la-caverne-du-pont-d-arc/

Outre la caverne, nous avons pu passer un peu de temps (pas assez) à la gallerie de l'Aurignacien (Les Aurignaciens sont des sapiens, hommes anatomiquement modernes qui, à l’instar de l’ensemble de la population actuelle, ont la capacité de s’adapter et de s’intégrer aux aires géographiques et chronologiques les plus diversifiées. Leur arrivée en Europe avant 40 000 ans les fait coexister quelque temps avec Néandertal en particulier dans le Sud-Ouest de l’Europe. Dans l’état actuel de la  connaissance, seul sapiens est porteur de la culture aurignacienne et des comportements qui lui sont associés.) Les représentations grandeurs réelles des animaux de l'époque sont impressionnantes. Il nous a manqué un peu de temps pour visiter cette galerie et en apprécier les informations ludiques et interactives qui la composent (ce sera pour une prochaine fois, il faudra prévoir une bonne journée sur le site !).

Un peu après 13h nous avons rejoint le restaurant de Mazes entre Vallon Pont d'Arc et Ruoms. Nous avons pu apprécier une salade accompagnée d'excellentes caillettes ardéchoises, le moelleux de porc sauce aux cèpes n'était pas mal non plus ! et contrairement à ce qu'avait annoncé Olivier, malgré notre retard nous n'avons pas été privé du moelleux au chocolat à la crème anglaise !

Vers 15h nous avons repris le car pour Pierrelatte et l'établissement des Parfums de Grasse. Notre présentatrice, Audrey, nous a captivé pendant un long moment avec la présentation de la fabrication des parfums,

du musk de chevrotin de l'Himalaya (http://espritdeparfum.com/musc-animal-et-autres-notes-animales/) qui, parait-il, attirait les femmelles dans un rayon de 10km ! On le prépare maintenant de manière synthétique (cette race chevrotine fait partie des espèces protégées), c'est  constituant indispensable des parfums pour homme !

du castoréum : Le castoréum est l'une des six matières premières animales de la parfumerie avec le musc, l'ambre gris, la civette, la cire d'abeille et l’hyraceum.

Son odeur, agressive à l'état pur, devient agréablement douce et chaude une fois le castoréum dilué et rappelle le cuir, l'huile animale et la fourrure.

La substance est grasse, parfois un peu colorée par l'alimentation du castor. Elle est utilisée dans les parfums de type ambré (ou oriental), ainsi que dans certains parfums masculins.,

de l'ambre gris : L' ambre gris est une sécrétion pathologique d' un cachalot très répandu : Physeter macrocephalus, due semble-t-il à l' irritation de l' estomac par les becs de calamars et certains crustacés. L' animal libère l' ambre spontanément. 

Fraîchement expulsé, l' ambre possède généralement une couleur noirâtre foncée, une consistance molle, une odeur nauséabonde. Sous l' action simultanée de l' eau de mer et de l' atmosphère, l' ambre prend une teinte de plus en plus claire, gris argent à jaune or, et il finit par devenir presque blanc. Son odeur s' affine, elle devient suave, très agréable, caractéristique.

Ceci n'est qu'un échantillon de la présentation, Audrey nous a aussi entretenu du "Nez", de l'alambic à parfum, qui se distingue de celui à alcool, car équipé d'un refux réglable, si j'ai bien interprété. 

Puis nous avons pu tester nos propres nez sur les nombreux parfums préparés dans cet établissement employant une vingtaine de personnes, pour fabriquer les parfums à partir d'huiles essentielles venant de Grasse, les conditionner et les expédier un partout dans le monde. Cet atelier était autrefois à Grasse, il s'est délocalisé à Pierrelatte depuis quelques années.

Au retour, chacun a pu récupérer de cette journée bien remplie, malgré quelques difficultés pour ressortir du parking IFPEN à 19h30, nous avons regagné nos domiciles enchantés par cette journée.

 

Petit rappel :

- Prochaine assemblée générale le vendredi 6 avril 2018

- Une sortie sur 2 jours est prévue en mai ou juin à Marseille (Michèle Guillat a prévu un programme très allèchant, avec notament visite du Mucem, d'une savonnerie pour qui IFPEN a développé un programme PME de R&D,...)

- Une sortie avec nos collègues du Club des Anciens de Rueil de 3 jours les 12,13 et 14 octobre à Annecy à l'occasion de la descente des alpages dans la vieille ville .

 

fullsizeoutput_558c

fullsizeoutput_5578

fullsizeoutput_5529

fullsizeoutput_5526

fullsizeoutput_551d

Extrait du site de la caverne du Pont d'Arc :

Il y a 36 000, des hommes et des femmes créaient sur les parois de calcaire de la grotte Chauvet – Pont-d’Arc, située dans le sud de l’Ardèche, des œuvres uniques et bouleversantes figées pour l’éternité dans leur écrin de calcite et d’argile.

Cette immense cathédrale naturelle inviolée depuis plusieurs dizaines de millénaires, a été découverte le 18 décembre 1994 en Ardèche, à Vallon-Pont-d’Arc par 3 spéléologues amateurs, Jean Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hilaire.

L’UNESCO, en inscrivant la grotte au Patrimoine mondial de l’Humanité en juin 2014, a reconnu sa dimension unique et universelle. Ce joyau présente en effet 3 caractéristiques très rarement réunies : l’ancienneté, la qualité de la conservation et, la richesse et l’abondance des représentations artistiques : 1000 dessins dont 425 figures animales. Le bestiaire de la grotte avec 14 espèces différentes représentées, dont une majorité d’animaux dangereux (ours des cavernes, rhinocéros laineux, mammouths, félins…) est inédit avec certaines représentations uniques dans l’art pariétal paléolithique (panthère, hibou, partie inférieure du corps féminin).


Pour des raisons évidentes de conservation, la grotte ne pourra jamais être ouverte au public. En tant que Patrimoine mondial de l’Humanité le projet d’une restitution était indispensable.


Depuis le 25 avril 2015, la plus grande réplique de grotte ornée au monde, la Caverne du Pont d’Arc, vous permet de découvrir ce premier chef d’œuvre de l’humanité