Nous étions 14, dont 3 extérieurs non adhérents , pour visiter l'imprimerie du Progrès à partir de 21h45 et après un petit repas tous ensemble au restaurant la brasserie Flow du Best Western. 

Les bâtiments de l'imprimerie du Progrès sont de tailles imposantes. Quand on pénètre à l'intérieur on est impréssionné par la taille des équipements et la vitesse de production des journeaux. Tout cela quasi automatiquement. Une quinzaine de personnes y travaillent, essentiellement pour vérifier que tout fonctionne parfaitement. L'automatisation est poussée à l'extrème pour produire en quelques heures les 27 éditions du journal en 250000 exemplaires.

Notre guide Samia nous a conduit dans le hall des dérouleurs du papier. Tout y est automatisé, des robots se déplacent automatiquement pour approvisionner les 2x8 dérouleurs en bobines de papier (entièrement recyclé) pesant chacune jusqu'à 1,4t.  Environ 50 t de papier sont utilisées chaque jour. Environ 1000t de rouleaux papier sont stockés dans un immense hall, appelé "La cathédrale" pour 3 semaines de production.

La salle des encres (les 3 couleurs primaires : Jaune, Cyan, Magente et l'encre noire) est composée de 2 cuves de 1500kg par couleur primaire et de 2 citernes de 14000 kg pour le noir. Environ 220 t d'encres sont consommées par an.

La salle CTP (Computeur to Plate) permet de produire les plaques "offset" (plaques d'aluminium gravées) qui permettront l'impression sur les rotatives. 3 lignes CTP peuvent produire 750 plaques à l'heure. 2000 plaques sont ainsi "imprimées" chaque nuit. Pour les pages en couleurs, 4 plaques avec les 4 couleurs sont nécessaires pour reconstituer une page quadrichromique.

Le coeur de la production, dernier niveau du bâtiment, est le hall des rotatives. Deux  rotatives OFFSET permettent d'imprimer chacune jusqu'à 128 pages en format tabloïd  à une vitesse maximale de 80000 exemplaires/h.  L'impression du journal est assurée par le passage des bandes papier dans les tours quadri ou noir en pression entre des "blanchets". Les plaques offset, qui ont été calées sur les cylindres, sont encrées par des rouleaux encreurs. Elles sont mises en pression contre le "blanchets" qui assurent le transfert de l'encre sur le papier.

Les bandes de papier imprimées arrivent ensuite en plieuse où elles sont coupées et pliées au format du quotidien.

La salle d'expédition est entiérement automatisée. Une chaine de transport transfère en continu, à une vitesse impresionnante, depuis les plieuses

IMG_1100

, les journeaux juqu'aux machines "stackers". Celles-ci assurent le comptage et la réalisations des paquets. Ces derniers sont routés, toujours à grande vitesse, sur le quai de destination où une cammionnette les attend pour les acheminer vers les distributeurs des 7 départements  couverts par l'édition du Jouurnal Le Progrès !

Merci Michèle pour l'organisation de cette visite. Nous avons tous été impressionnés par la taille des équipements, la vitesse, et la nécessité d'un fonctionnement parfait. Nous sommes rassurés pour Paulette et lui souhaitons un rapide rétablissement.